PLAT VIANDE – LA PENTE DOUCE

Chef : Hamid Miss

Le chef autodidacte de La Pente Douce entre en scène derrière son bar central en forme de L où se joue un ballet de gestes précis, de saveurs virevoltantes et de créations visuelles inattendues. Le restaurant délibérément sans enseigne, ouvert en janvier 2014 rue de la Concorde, est devenu une adresse incontournable pour les Toulousains qui aiment la cuisine pensée comme un art visuel et gustatif…

Originaire du Maroc, Hamid Miss est arrivé dans la ville rose à 16 ans. Après plusieurs années dans la mécanique de précision chez Airbus, Hamid Miss décide de tout quitter pour se consacrer à sa passion : la cuisine. Refusant de se plier aux règles, il apprend dans les livres, applique aux fourneaux et se nourrit de ses rencontres. Avec Typhaine – chercheuse en sociologie à l’époque – aujourd’hui son épouse et sa partenaire à La Pente Douce, ils reçoivent leurs clients à une adresse quasi secrète du quartier de la Patte d’oie. Une petite table d’hôtes qui viendra à devenir trop confinée pour le couple.
Rue de la Concorde, La Pente Douce s’installe et fait mouche dans le quartier et très vite, dans tout Toulouse. Le décor est simple mais rassurant, apaisant. Grandes baies vitrées, tables en bois, suspensions scandinaves et bancs en bois clair où l’on s’installe, comme au spectacle, calés entre les coussins en flanelle orange et turquoise, pour assister à la représentation du chef.
Hamid Miss s’expose. Boucles en bun délirant sur le sommet du crâne, sourire aux lèvres et ustensiles au cliquetis alléchant. La cuisine est savoureuse, simple et le dressage des assiettes est épatant sans être intimidant. Le chef parle d’une « cuisine de l’émotion qui convoque tous les sens à table ». Aux saveurs nostalgiques et orientales de l’enfance se mêlent des inspirations japonisantes et le goût indéniable de la bonne cuisine française traditionnelle.
Hamid Miss ne fait pas les choses à moitié. Quand il s’attaque à une bête, il décline la partition avec cœur. Le veau de l’Aveyron arrive entier et on le prépare à la mode de La Pente Douce, des tripes aux ris, revisitant également les parties les moins nobles qui résonnent comme un défi pour le chef.
Les produits locaux sont à l’honneur, poissons et crustacés arrivent de leurs étals, frais, et le chef refuse d’imposer ses desideratas. Depuis Sète, Marseille, le pays basque ou la Bretagne, il déballe avec surprise les poissons de roche, les sardines, les anchois et invente ses menus.
Côté vin, 250 références se démènent pour séduire les habitués et on aime prendre des risques en optant pour des crus singuliers, toujours naturels, sans produits chimiques, bio ou raisonnés.
Avec une équipe de 13 personnes qui vibrent au rythme des folles intuitions et inspirations du chef, Hamid Miss rêve de voir sa brigade se bonifier et s’agrandir pour faire de La Pente Douce une référence de la gastronomie populaire.

 

6, rue de la Concorde – 31000 Toulouse
www.lapentedouce.fr